Selon l'ancienne maire, les élections départementales de juin « présagent de belles victoires à venir ». Pourtant le PS les a perdues. Alors ?

Si l'on regarde les résultats à Bondy, LR et LREM cumulent 46,5% aux régionales, tandis que le PS, les Verts, le PC et LFI font 42%. LR et ses alliés font 50,5 % aux départementales, tandis que le PS, le PC, EELV et LFI font ensemble 49,5%.

Alors quelles belles victoires à venir ? Celle de M. Hervé à la mairie si les élections municipales sont annulées ?

Surtout Madame Thomassin se pose comme la solution pour une reconquête en croyant qu'il suffit de crier « la gauche la gauche la gauche » pour gagner.

Quelle gauche ? Celle qui a vendu les terrains de Bondy Habitat au privé ? Celle qui voulait vendre le garage municpal à VINCI ? Celle qui soutient la fermeture de l'hôpital Jean-Verdier sous prétexte d'ouvrir une Maison de la santé ? Celle qui n'a pas appliqué de critères transparents pour l'attribution des logements sociaux ? Celle qui a permis la spéculation immobilière dans la ville ? Ce n'est pas là la politique de gauche que les électeurs de Bondy étaient en droit d'attendre !

Cette gôche-là serait d'ailleurs tout aussi bien représentée par M. Hervé puisqu'il poursuit exactement la même politique que sa prédecesseure sur tous les points cités (sauf le garage, on attend de voir). Sa seule originalité aura été de mettre en place la semaine scolaire de quatre jours et de recruter des policiers municipaux que l'on voit partout à défaut de les trouver plus efficaces qu'avant, d'ailleurs.

Surtout Mme Thomassin refuse toujours d'admettre qu'elle est la principale raison de sa défaite, en s'étant coupée d'une partie de ses soutiens par l'entêtement et le mépris qu'elle nous avait témoignés d'abord. Combien de ses anciens élus se sont retrouvés candidats contre elle ? Merci qui ?

Cette impasse montre aussi que les partis politiques sont dominés par des roitelets, et roitelettes, qui font ce qu'ils veulent même quand c'est catastrophique. Ainsi, personne au PS ne semble pouvoir ramener à la raison une seule personne. Tant pis pour eux, il faut croire que les monarchies sont comme les poissons : elles pourrissent en commençant par la tête.

Pour notre part, dans le cas de nouvelles élections, nous continuerons à porter notre projet, quel-le-s que soient nos candidat-e-s : nous voulons rendre la ville à ses habitants, avec une vraie démocratie. Et nous pensons que la belle politique consiste à débattre d'idées, pas à faire des sourires clientélistes une fois tous les six ans : la cantine gratuite, la gestion publique de l'eau, un budget totalement participatif, des critères transparents d'attribution des logements sociaux, pas de rénovation sans l'accord des habitants, l'alphabétisation des parents d'élèves.

Ce projet ne dépend pas des élections d'ailleurs, nous le construisons au quotidien dans l'implication des citoyens dans la ville, dans leurs associations indépendantes des pouvoirs, en informant les Bondynois-es, en participant aux mobilisations citoyennes. Voilà la solution.

Informations supplémentaires