La situation des habitants de la rue Etienne Dolet a mis un coup de projecteur sur la Société du Grand Paris (cliquez ICI pour le voir).

 

En effet, un îlot est promis à la destruction derrière la gare de Bondy pour permettre d'entreposer des gravats pendant le temps des travaux, la Société du Grand Paris promet désormais que les terrains achetés au prix fixé par les domaines pourront être revendus à leurs anciens propriétaires après les travaux (mais évidemment au prix du marché, et sans les pavillons qui auront été détruits, avec l'impossibilité de refaire des jardins suite au stockage des gravats pendant des années).

 

Mais d'où sort ce pouvoir de la Société du Grand Paris ?

 

Dès 2009, nous avions dénoncé avec Marc Huret cette SGP et son pouvoir exorbitant (voir notre article en cliquant ICI).

 

Nous y revenions en 2011 (Cliquez ICI pour le voir).

 

Cette Société du Grand Paris qui n'est pas élue par les citoyens a un pouvoir absolu sur le territoire jusqu'à 400 mètres autour des gares. Qui l'a décidé ? Nicolas Sarkozy. Qui s'y est opposé ? Personne, ou presque : un certains nombre de maires ont espéré trouver de l'argent pour l'aménagement d'un gare sur leur territoire.

 

À Bondy, l'ancienne maire prétend n'avoir pas été au courant et a laissé les mains libres à la SGP plutôt que de mobiliser les habitants en donnant toutes les informations aux citoyen-ne-s de la la ville.

 

Quant à la nouvelle majorité, elle prétend aussi avoir les mains liées, mais qui doit décider en démocratie ? Si la mairie mettait son poids pour obliger la SGP à revoir son projet, le poids des habitants de la rue Etienne Dolet serait plus grand ! D'autant que les habitants sont mobilisés : plusieurs centaines de pétitions ont été recueillies déjà.

 

Alors, monsieur le maire, aurez-vous le courage de porter la parole des Bondynois face à la Société du Grand Paris ?

 

Les intéressé-e-s sont prêt-e-s à se mobiliser.

Informations supplémentaires