Une réflexion pour préparer la réunion d'information sur le prix de l'eau que nous co-organisons le mardi 7 novembre au petit salon de la mairie.

Dan Lert est Adjoint à la Maire de Paris chargé de la transition écologique, du Plan climat, de l’eau et de l’énergie, et Président d’Eau de Paris, le premier opérateur public d’eau en France. A la veille de l’anniversaire des 10 ans de France Eau Publique, il a livré dans cette tribune sa vision sur les enjeux à venir du financement des services publics d’eau et d’assainissement.

Avec l’inflation, le prix des matières premières et de l’énergie se répercute sur la facture d’eau des usagers partout en France. Avec France Eau Publique, nous formulons des propositions pour maîtriser le prix de l’eau pour qu’elle reste un bien commun, universel accessible.

L’eau doit rester un service public universel accessible, son prix doit être maîtrisé

Le prix de l’eau augmente partout en France pour deux raisons principales. Premièrement, le prix des matières premières et de l’énergie ont connu une hausse sans précédent. La facture d’électricité d’Eau de Paris a par exemple triplé entre 2021 et 2023, passant de 7 millions d’euros à 24 millions d’euros. Deuxièmement, les efforts nécessaires de sobriété hydrique tirent les prix vers le haut. La plupart des coûts des services étant fixes, la baisse des consommations risque d’entraîner mécaniquement une hausse des prix pour les usagers.

Pour faire face à l’augmentation du prix de l’eau, chaque centime de la facture d’eau doit être réinvesti dans les services d’eau. C’est le principe de la gestion publique de l’eau que je défends à Paris, où nous avons repris en régie ce service public essentiel en 2011, et que je partage avec tous les élus des territoires engagés en faveur de la remunicipalisation de l’eau au sein du réseau France Eau publique.

books on zlibrary